suspicion


suspicion

suspicion [ syspisjɔ̃ ] n. f.
XIIe; lat. suspicio, de suspicere soupçon
Le fait de tenir pour suspect, de ne pas avoir confiance. défiance, méfiance. Avoir de la suspicion à l'égard de, contre qqn. Regard plein de suspicion. Littér. Tenir en suspicion. « M. Gosselin, opposé à tous les excès, en suspicion contre les singularités et les nouveautés » (Renan).
Rare Fait d'être suspect ou soupçonné; soupçon. « nous ne pouvons nous débarrasser de deux suspicions auprès du public : la suspicion de la richesse et de la noblesse » (Goncourt).
Dr. Suspicion légitime : crainte légitime qu'un tribunal puisse juger avec partialité. Renvoi pour cause de suspicion.
⊗ CONTR. Confiance.

suspicion nom féminin (latin suspicio) Fait de supposer, à partir de quelques indices, l'existence d'un délit : Suspicion de fraude. Opinion défavorable sur la conduite ou les intentions de quelqu'un. ● suspicion (expressions) nom féminin (latin suspicio) Suspicion légitime, motif sérieux de craindre qu'une juridiction ne soit pas impartiale à son égard, sur lequel se fonde une partie à un procès pour demander le renvoi de son affaire devant une autre juridiction. ● suspicion (synonymes) nom féminin (latin suspicio) Opinion défavorable sur la conduite ou les intentions de quelqu'un.
Synonymes :
- défiance
- méfiance
- soupçon
Contraires :

suspicion
n. f. Action, fait de tenir pour suspect. Il nous tient en suspicion. Syn. défiance.
|| DR Suspicion légitime: motif invoqué pour obtenir le renvoi d'une affaire pénale d'un tribunal devant un autre quand on craint de ne pas être jugé impartialement.

⇒SUSPICION, subst. fém.
A. — Soupçon, défiance mêlés d'incrédulité, de doute, fondés sur des sentiments, des intuitions, des a priori. Synon. défiance, doute, méfiance.
1. [La suspicion s'exerce à l'égard d'une pers.] Avoir de la suspicion envers qqn; tenir qqn en suspicion. Les ridicules suspicions de l'ignorance et de la malveillance (LAMART., Corresp., 1831, p. 144). Par ces temps de suspicion, de surveillance des courriers, de cabinet noir et de tables d'écoute, il valait mieux éviter les correspondances compromettantes (ARNOUX, Crimes innoc., 1952, p. 243). V. exil ex. 5.
2. [La suspicion s'exerce à l'égard de qqc.] Le langage a consacré des expressions insignifiantes, des jugements faux ou bizarres! Leur répétition continuelle les transforme en habitudes de l'oreille ou de la voix, et dès lors les termes acquièrent un titre de créance, qui, éloignant d'eux toute suspicion, les fait passer aveuglément, et sans le moindre examen: telle est la force des habitudes de la parole (MAINE DE BIRAN, Influence habit., 1803, p. 203). Les légers disparates eux-mêmes attestent la bonne foi, car rien ne doit attirer la suspicion d'un juge exercé comme l'uniformité extérieure des témoignages (CLAUDEL, Poète regarde Croix, 1938, p. 18).
Suspicion de + compl. indiquant ce que l'on soupçonne. Nonobstant une juste suspicion de fraude, le comte de Beaumont, sous-préfet de Calvi (...) affirme que le registre de l'état civil d'Ajaccio marque la naissance de Napoléon au 15 août 1769 (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 299).
B. — Spécialement
1. DR. Suspicion légitime. ,,Crainte manifestée par un plaideur qu'en dehors du cas de parenté ou d'alliance, un tribunal ne juge avec partialité ou suivant l'intérêt personnel de ses membres`` (BARR. 1974). Requête en suspicion légitime; cause de suspicion légitime; renvoi pour suspicion légitime. Force fut, pour cause de suspicion légitime, de déférer le jugement de la faillite dans une autre cour (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 367). Le danger du jugement immédiat, c'est qu'il y a suspicion légitime des juges (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 505).
2. MÉD. ,,Diagnostic provisoire d'une maladie en attendant un nouvel examen ou la réponse d'un laboratoire saisi de prélèvements`` (VILLEMIN 1975). Nous allons joliment nous embêter à Beyrouth à faire quarantaine, l'Égypte étant en perpétuelle suspicion de peste (FLAUB., Corresp., 1850, p. 93). Histoire d'un Parisien qui a mangé trois homards et qui est mort du choléra. Le pays a été mis aussitôt en suspicion (MÉRIMÉE, Lettres à une inconnue, t. 2, 1863, p. 282).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « pensée, conjecture » (Li Dialoge Gregoire lo pape, éd. W. Foerster, p. 198, 25: proposet [l'Ecclesiaste] une sentence de la humaine suspicion quant il dist: Une morz est del homme et des jumenz); 2. fin XIIIe s. « opinion défavorable, défiance, soupçon » (Dialogus anime conquerentis, IV, 13, éd. Bonnardot ds Romania t. 5, 1876, p. 277: Sen cause et sen crime ... atornent en moi leu de suspiciun [criminis et suspectionis locum in me convertunt]); ca 1315 (Fouque Fitz Warin, éd. L. Brandin, p. 19, 9: La demoisele, qe nul suspicioun de tresoun n'aveit...); 3. 1680 spéc. dr. (RICH.); 1790 suspicion légitime (Décret de l'Assemblée nationale, 27 nov., art. IX). Empr. au lat. suspicio, -onis, dans la lang. class. « soupçon, suspicion; action de soupçonner, conjecture »; à basse époque « pensée, opinion » BLAISE Lat. chrét. Fréq. abs. littér.: 125. Bbg. MATHARAN (J.-L.). Suspect(s)/soupçon/suspicion. In: Dict. des usages socio-politiques (1770-1815). 1. Paris, 1985, pp. 187-209.

suspicion [syspisjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1370; suspiciun, XIIe; suspicioun, v. 1315; du lat. suspicio, de suspicere. → Soupçon, suspect.
1 Fait de tenir pour suspect, de ne pas avoir confiance. Défiance, doute, méfiance.
REM. Le mot, courant au XVIe s., s'était spécialisé dans la langue du droit (cf. encore Littré, Hatzfeld); il s'est de nouveau étendu à la langue courante au XIXe s. — Avoir de la suspicion à l'égard de qqn. Soupçonneux. || Être plein de suspicion.Littér. || En suspicion. || Tenir en suspicion. || En suspicion contre les nouveautés (→ Bizarrerie, cit. 6); en suspicion de ses sentiments, de ses instincts (→ 1. Ressort, cit. 8).
2 (Une, des suspicions). Fait d'être suspect ou soupçonné. Soupçon. || Des suspicions (→ Excuser, cit. 18).
1 Au fond, en tant que littérateurs, nous ne pouvons nous débarrasser de deux suspicions auprès du public : la suspicion de la richesse et de la noblesse.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 5 oct. 1866, t. III, p. 55.
2 Mais il nous est revenu (…) que la vie privée de M. le curé doyen n'était pas exempte de suspicions, oh ! légères sans doute et mal fondées : mais un prêtre ne doit-il pas ressembler à la femme de César, si j'ose me servir d'une comparaison profane ?
P.-J. Toulet, la Jeune Fille verte, VII.
3 (1690). Dr. Crainte légitime qu'un tribunal puisse juger avec partialité.(1790). || Suspicion légitime : crainte éprouvée par les parties à l'égard de l'impartialité des juges et qui pourra être examinée par une autre cour. || Renvoi pour cause de suspicion.
3 Si vous nous êtes ennemi, je repars demain pour Paris et dépose entre les mains de Sa Grandeur une plainte en suspicion légitime contre le Tribunal (…)
Balzac, le Cabinet des Antiques, Pl., t. IV, p. 420.
CONTR. Confiance.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • suspicion — sus·pi·cion n: the act or an instance of suspecting something: a mental state usu. short of belief in which one entertains a notion that something is wrong or that a fact exists without proof or on slight evidence see also reasonable suspicion… …   Law dictionary

  • suspicion — Suspicion. s. f. Soupçon, defiance. Il n a guere d usage qu en termes de pratique. Grande suspicion. juste suspicion. suspicion de fraude. suspicion de simonie. avoir suspicion. donner suspicion. entrer en suspicion …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Suspicion — or suspicions may refer to:In television:* Suspicion ( Stargate Atlantis ), an episode of the science fiction television series Stargate Atlantis * Suspicions ( TNG episode), an episode of the sixth season of the science fiction television series …   Wikipedia

  • suspicion — ► NOUN 1) a feeling or belief that something is possible or probable or that someone is guilty of a crime or offence. 2) cautious distrust. 3) a very slight trace: a suspicion of a smile. ● above suspicion Cf. ↑above suspicion ● und …   English terms dictionary

  • suspicion — [sə spish′ən] n. [ME suspecion < Anglo Fr suspecioun < OFr sospeçon < LL suspectio, orig., a looking up to, esteeming, later with sense and sp. of L suspicio, suspicion < L suspectus, pp. of suspicere, to look up at, admire, look… …   English World dictionary

  • Suspicion — Sus*pi cion, n. [OE. suspecioun, OF. souspe[,c]on, F. soup[,c]on, L. suspectio a looking up to, an esteeming highly, suspicion, fr. suspicere to look up, to esteem, to mistrust. The modern form suspicion in English and French is in imitation of L …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Suspicion — ist der Originaltitel des Filmes Verdacht (Film) weiteres Suspicion (Fernsehserie) Siehe auch Under Suspicion Diese Seite ist eine Begriffsklärung …   Deutsch Wikipedia

  • suspicion — late 13c., from Anglo Fr. suspecioun, from O.Fr. suspeçun, sospeçon mistrust, suspicion (Fr. soupçon), from L. suspectionem (nom. suspectio) mistrust, suspicion, fear, awe, from pp. stem of suspicere look up at (see SUSPECT (Cf. suspect)).… …   Etymology dictionary

  • suspicion — [n1] doubt bad vibes*, chariness, conjecture, cynicism, distrust, dubiety, dubiosity, funny feeling*, guess, guesswork, gut feeling*, hunch, idea, impression, incertitude, incredulity, jealousy, lack of confidence, misgiving, mistrust, nonbelief …   New thesaurus

  • Suspicion — Sus*pi cion, v. t. To view with suspicion; to suspect; to doubt. [Obs. or Low] South. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.